Ma petite amie et moi sommes en froid depuis plusieurs semaines. J’ai découvert il y a quelques semaines qu’elle me trompait avec un autre homme. J’ai immédiatement rompu avec elle. Elle est revenue deux semaines plus tard en disant qu’elle avait merdé et fait un mauvais choix. J’ai eu le cœur brisé et je l’ai reprise. Elle était sauvage, amusante, belle et souvent excitée. Tous les traits de caractère que je désirais avoir dans ma jeune vingtaine. Nous sommes de nouveau ensemble depuis une semaine, mais les choses ne sont plus ce qu’elles étaient. Je ne suis pas sûr qu’elles le seront un jour.

Nous sommes ensemble depuis plus d’un an. Le week-end, nous nous retrouvons chez sa sœur, avec sa meilleure amie, Mélanie. Mélanie ne sort pas très souvent avec des garçons. Elle est amusante, mignonne et athlétique. Elle est la partenaire parfaite pour ma petite amie.

Nous passons la plupart des vendredis et samedis soirs à boire, à écouter de la musique, à raconter des conneries et à jouer au billard ou à des jeux de cartes. De temps en temps, Mélanie flirte innocemment avec moi et je lui réponds innocemment. Par exemple, une fois, j’étais assis sur les genoux de ma copine entre deux coups de billard. Ma copine m’a dit que j’avais des fesses osseuses. Mélanie a dit qu’elle ne pensait pas que mes fesses étaient osseuses, alors je suis allé m’asseoir sur ses genoux. J’ai bougé mes fesses pour essayer de prouver que mes fesses étaient osseuses. Elle m’a dit que je pouvais m’asseoir sur ses genoux pour toujours. Nous avons tous ri. C’était mon tour de tirer, alors je me suis levé et je suis allé au billard.

Au fil des ans, j’ai commencé à me prendre d’affection pour Mélanie. J’ai toujours écarté ses pensées parce que j’ai une petite amie et parce qu’elle est la meilleure amie de ma petite amie. De plus, je ne pense pas qu’elle s’intéresse vraiment à moi. Je ne pense pas non plus qu’elle continuerait à s’intéresser à moi, même si c’était le cas, parce qu’elle est la meilleure amie de ma copine.

Aujourd’hui, ma copine et moi avons commencé à boire en début d’après-midi. Plus tôt que d’habitude pour un samedi après-midi. Ma copine m’a dit que son frère l’avait traitée de chatte hier soir et qu’elle ne pouvait pas boire dix bières et rester debout. Pour une raison ou une autre, elle veut lui prouver qu’il a tort. Nous sommes chez ses parents pour un barbecue et elle a pour mission de prouver que son frère a tort. Elle a déjà bu plusieurs bières. Elle se comporte comme une idiote et est ivre depuis quatre heures de l’après-midi.

À cinq heures, le reste de la famille est rentré à la maison ou au bar. Ma copine, ses parents et moi sommes les seuls à être restés chez ses parents. Ses parents sont rentrés à l’intérieur il y a un petit moment, nous laissant, ma copine et moi, tout seuls au coin du feu.

“J’ai bu huit bières et je ne le sens même pas”, dit ma copine.

Je ne crois pas à son mensonge parce qu’elle n’arrive pas à marcher droit et qu’elle a du mal à s’exprimer. Je me contente de hocher la tête et de boire une gorgée de ma bière. Le téléphone portable de ma copine se met à sonner. Elle répond et commence à glousser avec son interlocuteur. Elle raccroche et dit : “Mélanie est en route. Elle est avec Caroline. Je ne sais pas pourquoi elle est avec Caroline.”

“Qui est Caroline ?” Je demande

“Une nana de notre université. Ses parents ont de l’argent et elle pense qu’elle est meilleure que tout le monde. Elle me tape sur les nerfs.”

Ils s’arrêtent et nous invitent à aller chez les parents de Caroline. Apparemment, Caroline vit toujours chez ses parents, qui sont absents de la ville pour la semaine. Nous nous arrêtons à la station-service, prenons un autre pack de 12 bières et nous dirigeons vers la maison des parents de Caroline.

Nous nous asseyons au bord de la piscine, discutons et buvons des bières. Il commence à faire sombre et les femmes rient et gloussent souvent, leurs mots commencent à bafouiller pas mal. Caroline rentre à l’intérieur puis revient en maillot de bain et saute dans la piscine. Ma copine et Mélanie n’ont pas de maillot de bain avec elles, mais elles décident quand même de sauter dans la piscine.

Je regarde Mélanie et Lydia se déshabiller rapidement et sauter dans la piscine. Je m’attendais à ce qu’elles laissent leurs sous-vêtements, mais je suis heureux de voir qu’elles sont allées plus loin. Je m’assois dans le fauteuil inclinable et je regarde les jeunes femmes attentivement, en essayant d’apercevoir une poitrine nue. La seule lumière est une lampe à détecteur de mouvement fixée à la maison, il fait donc trop sombre pour que je puisse vraiment voir l’un ou l’autre de leurs corps immergés sous l’eau.

Les copines rient et s’éclaboussent mutuellement et cela commence à m’exciter. Dans mon état d’ébriété, je décide qu’il sera drôle de ramasser leurs vêtements et de courir à l’intérieur. Je regarde les nanas et je vois qu’elles ne font pas attention à moi, alors je me penche rapidement en avant et j’attrape leurs vêtements qui sont en tas sur la terrasse à côté de moi. Leurs serviettes sont posées sur la chaise à côté de leurs vêtements. J’attrape leurs vêtements et leurs serviettes et je me précipite à l’intérieur de la maison. Elles ne me courent pas immédiatement après, elles n’ont donc pas dû remarquer qu’elles étaient en train de s’amuser dans la piscine

Une minute ou deux plus tard, les femmes entrent en courant. Ma copine et Mélanie sont nues et trempées. Je sais que mes yeux se sont écarquillés quand je les ai regardées en m’asseyant sur le canapé. Mélanie est la première à entrer et me donne une vue dégagée de l’avant de son corps. C’est la première fois que je vois Mélanie nue. Je sais qu’elle n’a pas de très gros seins, mais je suis hypnotisé par ses grosses lèvres de chatte et son tertre chauve.

Ma copine est juste derrière elle, mais n’attire pas mon attention car je l’ai déjà vue nue de nombreuses fois. Caroline suit les deux autres femmes nues à l’intérieur, vêtue de son maillot de bain et couverte d’une serviette. Elle n’a pas suscité beaucoup d’intérêt parce qu’elle portait un maillot de bain.

“Où sont nos vêtements ?” Crie Melissa, précédée de rires.

Je suis surpris qu’elles ricanent et s’amusent, plutôt que de m’en vouloir d’avoir volé leurs vêtements. Melissa se couvre l’entrejambe avec sa main tout en se tenant devant moi. Je ris et désigne les vêtements à l’autre bout de la pièce, puis je jette un coup d’œil rapide aux petits seins de Mélanie avant qu’elle ne se retourne et ne se précipite vers ses vêtements. Je surveille chacun de ses mouvements et j’entrevois une dernière fois les lèvres de sa chatte lorsqu’elle se penche pour ramasser ses vêtements.

Mélanie et Lydia enroulent les serviettes autour d’elles et se sèchent. Ma copine se met à pleurnicher et à boire. Je pense qu’elle essaie d’attirer mon attention, alors je m’approche et je m’assois à côté d’elle sur le canapé. Elle dit qu’elle se sent comme une merde puis s’allonge par terre, nue, la serviette la recouvrant à peine.

Je suis surpris qu’elle ne se soucie pas d’être nue, à la vue de ses amies. Elle se tortille sur le sol jusqu’à ce que la serviette tombe par terre à côté d’elle. Elle se recroqueville en position fœtale, alors je m’agenouille à côté d’elle sur le sol et j’essaie de la réconforter et de la couvrir.

“J’ai chaud !”, gémit-elle en jetant la serviette sur le côté. Je peux dire qu’elle a bu beaucoup trop d’alcool. Je ne l’ai jamais vue agir de la sorte auparavant. Quand je commence à lui frotter doucement l’épaule, elle me dit : “Arrête et laisse-moi tranquille !”.

Caroline essaie de lui parler et reçoit le même traitement. Je renonce et décide de rendre visite à Mélanie qui se trouve dans la pièce juste à gauche du salon. C’est une petite pièce qui sert de bureau avec un escalier qui sépare les deux pièces.

Je m’assois sur une chaise derrière Mélanie pendant qu’elle joue à un jeu sur l’ordinateur, puisque ma copine est maintenant évanouie sur le sol. Mélanie joue au solitaire, sa serviette drapée sur ses épaules mais laissant l’avant de son corps exposé. Mon attention est attirée par ses jambes nues qui pendent sous la serviette.

Caroline est dans l’autre pièce et essaie de déplacer Lydia sur le canapé, mais ma copine ne réagit pas. Je décide de laisser ma copine dormir et de concentrer mon attention altérée sur la femme pratiquement nue devant moi, sur l’ordinateur.

Mes hormones prennent le dessus sur mon jugement et je contourne le fauteuil en cuir pour attraper les seins de Mélanie avec mes deux mains, juste un instant, avant de les retirer. Je m’attends à ce que Mélanie se retourne avec un air choqué et me donne un coup de pied au cul. Je n’arrive pas à croire ce que je viens de faire. Je jette rapidement un coup d’œil à Lydia et à Caroline pour voir si elles viennent d’être témoins de ce que j’ai fait, mais aucune d’entre elles n’y prête attention.

Je suis pris par surprise lorsque Mélanie fait pivoter la chaise de 180 degrés, regarde ses deux amies, puis tend la main vers l’avant et saisit mon pénis et mes testicules. Elle les serre pendant une seconde, en me souriant, puis retire rapidement sa main.

L’instant d’après, elle se tient debout sur ses deux pieds. Elle m’attrape par la main et dit à voix haute : “J’ai besoin d’aide pour monter les escaliers et aller aux toilettes. Aide-moi à monter les escaliers.”

Elle attrape ses vêtements, se couvre le corps avec sa serviette, puis me traîne jusqu’à l’escalier. J’aide Mélanie, qui semble assez ivre, à monter les marches. Elle se balance d’avant en arrière et s’accroche à la rampe. Nous arrivons en haut de l’escalier et tournons le coin. Lorsque nous atteignons l’entrée de la salle de bains, Mélanie m’attrape et me tire à l’intérieur, en fermant la porte de la salle de bains derrière nous. Elle me pousse avec force contre le mur et commence à m’embrasser avec une passion fiévreuse. Ses baisers sont mouillés et négligés.

Je suis momentanément paralysé, surpris par ses mouvements. Dire que je suis choqué est un euphémisme. Coincée contre le mur, je sens ses lèvres sur toute la partie inférieure de mon visage. Je pose ma main sur ses épaules et la repousse un instant.

Elle me dit : ” Je n’ai pas du tout envie de faire pipi et je ne suis pas ivre. Je t’ai demandé de m’amener ici parce que cela fait longtemps que j’ai envie de faire ça.”

Je lui dis d’une voix douce : “Lydia et Caroline sont en bas”.

Ce à quoi elle répond : “Je m’en fiche. Embrasse-moi.”

Mélanie me pousse à nouveau le dos contre le mur puis tend la main, commence à me caresser à travers mon jean et pousse ses lèvres contre les miennes une fois de plus. Je cède et commence à l’embrasser à mon tour. Ses baisers sont encore forts et négligés, à la manière d’un amateur. Je peux dire qu’elle n’a pas beaucoup d’expérience en matière de baisers. Néanmoins, je lui tiens la tête et l’embrasse pendant quelques secondes avant de me rendre compte que ce n’était pas bien. Je me retire et je dis : “Il faut que je retourne en bas”.

Je me précipite hors de la salle de bain en espérant que les femmes en bas n’ont pas remarqué ce qui s’est passé en haut. Je me dépêche de descendre les escaliers pour voir que la petite amie se repose maintenant sur le canapé, recouverte d’une couverture. Caroline regarde un film de fin de soirée et mange du pop-corn.

“Wow, elle est ivre !” Je fais un commentaire à Caroline, qui ne me donne pas vraiment de réponse.

Une minute plus tard, Mélanie commence à trébucher dans les escaliers, jouant le rôle d’une personne ivre. Je remarque immédiatement qu’elle a remis ses vêtements. Je la rejoins à mi-chemin et l’aide à descendre le reste des marches pendant que Caroline nous observe.

“Je suis fatiguée. Aide-moi à descendre pour que je puisse dormir.” Mélanie dit d’une voix forte.

Je ne suis jamais descendue et je ne sais pas où nous allions. Il y a une grande pièce ouverte en bas des escaliers avec une table de billard installée au milieu de la grande pièce. Mélanie me prend par la main et m’entraîne pratiquement dans une chambre située dans le coin le plus éloigné du sous-sol.

Mélanie me tire sur le lit et recommence à m’embrasser. “Je te veux tout de suite”, murmure-t-elle.

Je décide de ne pas lutter contre elle cette fois, j’avais autant envie d’elle qu’elle a envie de faire l’amour avec moi. Elle m’attrape par la main et la pousse sous ses sous-vêtements. Elle tâtonne avec mon pantalon, le dézippe et saisit mon pénis à moitié dur. Elle commence à le caresser fort et rapidement. Il est évident pour moi qu’elle n’a pas non plus beaucoup d’expérience en matière de branlette. Pour être honnête, elle serre trop fort et va si vite que ce n’est pas très agréable.

“Va plus vite”, me dit-elle, “Dépêche-toi”.

Je glisse mes doigts entre les grosses lèvres de sa chatte et je commence à enfouir un doigt dans son vagin. Elle est déjà très mouillée. Je fais glisser mon doigt à l’intérieur et à l’extérieur d’elle, en essayant de suivre la vitesse à laquelle elle me caresse. Nos lèvres se sont verrouillées, mais cette fois, c’est moi qui ai contrôlé le baiser. J’embrasse sa lèvre inférieure avec passion avant que nos langues ne commencent à danser maladroitement.

“Ralentis et ne serre pas si fort”. Je l’ordonne doucement.

À mon désir, elle desserre son verrou de mort sur mon pénis et ralentit minimalement. Je cherche à l’aveuglette son clitoris avec mon pouce, naviguant à travers ses plis, tout en continuant à doigter son trou serré. Elle commence à gémir doucement et à respirer fort.

Nous avons entendu une voix provenant du haut de l’escalier. “Qu’est-ce que vous faites ?”

C’est la voix de Caroline. Nos corps se figent. “Nous sommes en train de parler.” Mélanie crie en haut des escaliers.

“S’il te plaît, viens ici. Lydia pleure et je ne peux pas m’occuper de son cul d’ivrogne.” Caroline dit avec dédain.

“Continue.” Mélanie dit d’un ton pressant.

“Je dois aller voir ce qui se passe avec Lydia”. Je dis d’une voix d’excuse.

“Non, s’il te plaît, n’y va pas”, supplie-t-elle.

“Laisse-moi d’abord faire en sorte que Lydia arrête de pleurer. Ensuite, nous pourrons la ramener à la maison et finir après. Je lui dirai que je te ramène aussi à la maison.” J’ai dit.

“Très bien !” Mélanie dit d’une voix dégoûtée.

Je sais qu’elle ne veut pas que j’arrête, mais je dois le faire. Ma conscience me tracasse et je ne pourrai pas vivre avec moi-même si je ne m’occupe pas de la situation à l’étage. Après tout, ma petite amie est là-haut. Pour être honnête, j’ai toujours voulu me venger de Lydia pour m’avoir trompé, mais je ne savais pas comment jusqu’à ce soir. Ce serait le moyen idéal de lui rendre la monnaie de sa pièce pour m’avoir brisé le cœur et de lui faire ressentir la douleur d’avoir été trahie. Après tout, Mélanie ne pouvait pas être une très bonne amie si elle demandait au petit ami de sa meilleure amie de lui faire des actes sexuels.

Nous montons à l’étage. Je lui frotte les épaules, je la câline et elle pour qu’elle arrête de pleurer. Mélanie et Caroline observent la scène dans un coin de la pièce, le dégoût peint sur leur visage. J’aide Lydia à s’habiller et je lui dis : “Rentrons à la maison.”

À ce stade, je n’en peux plus de Lydia. Je lui ai dit de ne pas boire autant, mais elle était déterminée à prouver que son frère avait tort. Maintenant, elle se montre agaçante et pleurniche comme une petite gamine. Je ne sais pas si elle est vraiment ivre ou si elle agit ainsi pour attirer mon attention. J’en ai assez d’elle et je ne me soucie plus de savoir si elle retourne avec l’autre homme.

“Tu me ramènes aussi à la maison ?” demande Mélanie.

Je réponds : “Bien sûr.”

Mélanie grimpe sur le siège arrière de la voiture et je roule jusqu’à la maison de Lydia, je l’aide à entrer pendant que Mélanie attend sur le siège arrière. Le poids presque mort de Lydia est plus lourd que je ne l’aurais jamais imaginé. Je l’aide à s’asseoir sur son lit et commence à marcher vers la porte.

“Reste avec moi s’il te plaît”, gémit-elle.

“Je dois ramener Mélanie à la maison”. Je réponds.

“Alors, elle peut dormir dans la voiture”, répond-elle. “J’ai envie de faire l’amour avec toi”, dit-elle en bredouillant ses mots.

À ce stade, je n’ai aucune envie de faire l’amour avec elle. Elle a touché mon dernier nerf, pour ainsi dire. “J’en ai assez. Je ne veux plus être avec toi. Ça ne marche pas. Retourne avec ton autre homme”. Je lui dis.

Lydia se met à faire des boules et à me traiter de toutes sortes de noms. Je ferme la porte de sa chambre et je quitte la maison. J’ouvre la portière du conducteur et je m’assois à ma place. Mélanie grimpe de la banquette arrière au siège passager et me demande comment ça s’est passé.

“Elle m’a supplié de rester, de coucher avec elle et m’a dit de te laisser dormir sur la banquette arrière. J’ai rompu avec elle et puis elle a commencé à faire des boules, alors je suis parti.” Je dis tout en sortant de l’allée et en me dirigeant vers chez moi.

Dès que nous entrons chez moi, Mélanie m’attaque et commence à me sauter la jambe. J’ai à peine le temps de fermer la porte derrière moi. Elle tire sur mes vêtements, essayant de faire passer ma chemise par-dessus ma tête et de baisser mon pantalon en même temps.

“Allons dans la chambre”. Je lui dis.

Je la guide vers la porte de ma chambre ; nous tombons tous les deux sur mon lit. Je n’arrive pas à croire que cela se passe vraiment. Cet événement se prépare depuis longtemps et même si je n’ai jamais pensé qu’il se produirait, j’y ai toujours pensé au fond de mon esprit.

“Je te désire depuis si longtemps. Je peux te traiter tellement mieux que Lydia. Tu sais qu’elle a dit tellement de conneries sur toi et qu’elle t’a trompé avec deux hommes différents ? Elle n’apprécie pas à quel point tu la traites bien.” Mélanie dit que j’ai tiré sa chemise par-dessus sa tête et que j’ai commencé à retirer son jean de ses jambes.

Je m’arrête et je regarde Mélanie, qui est allongée à quelques centimètres de moi en sous-vêtements. Elle est tellement belle. Le sourire vibrant sur son visage me rend heureux. “Chut” est tout ce que je peux dire, en mettant un doigt devant ma bouche.

“Moi aussi, tu m’attires depuis longtemps, mais je ne pensais pas que tu avais envie de moi”. Je lui dis. “Je pensais que même si tu avais envie de moi, tu ne passerais pas à l’acte parce que Lydia est ta meilleure amie”. Je lui explique, en la regardant profondément dans les yeux.

“J’ai toujours pensé que tu aurais dû me choisir avant elle… même quand tu as commencé à sortir avec elle. Tu n’es pas le premier homme qu’elle a trompé. J’avais très envie de toi, mais j’ai honoré son amitié, jusqu’à ce qu’elle commence à te tromper. À ce moment-là, je lui ai dit qu’elle était stupide parce que tu la traitais si bien.”

Je commence à embrasser le cou de Mélanie et à caresser ses jambes pendant qu’elle continue à parler. “Elle a dit qu’elle pouvait t’avoir même si tu le découvrais parce qu’elle t’avait enroulé autour de son doigt. À ce moment-là, j’ai perdu tout respect pour elle, mais je ne savais pas que tu t’intéressais à moi. Pour être honnête, j’ai vraiment arrêté de fréquenter Lydia, pour la plupart, ces dernières semaines. J’en ai eu assez de ses conneries. C’est pourquoi j’ai traîné avec Caroline.”

Mélanie finit de parler et se jette immédiatement sur moi comme un lion en mode attaque. Sa main se dirige tout droit vers mon entrejambe. Je pose ma main sur son avant-bras et maintiens sa main immobile.

“Allons-y doucement. Nous avons toute la nuit.” Je lui dis.

Je me penche et entre doucement en contact avec ses lèvres. “Laisse-moi ouvrir la voie”.

J’embrasse sa lèvre inférieure, puis sa lèvre supérieure. Nous nous embrassons lentement et passionnément pendant plusieurs secondes. Mélanie commence à tirer sur mes vêtements une fois de plus. Rompant le baiser, je l’aide à me déshabiller jusqu’à ce que je sois en caleçon. Je me blottis contre elle et laisse mes mains naviguer sur son corps. La sensation de sa peau chaude et douce contre moi nous fait plaisir à tous les deux. Mélanie gémit doucement lorsque nos corps se touchent. Je la sens presser fortement son corps contre moi avec une agressivité sexuelle.

Je peux voir la passion sur son visage lorsque je touche son corps. Sa main s’enroule autour de ma taille, passe sur mon dos, puis glisse jusqu’à mes fesses. Je me demande si elle sentait et touchait un corps masculin pour la première fois de manière intime.

Mes lèvres tombent sur son cou et commencent à l’embrasser et à le sucer passionnément. Elle émet des gazouillis qui m’incitent à continuer. Cela fait des mois qu’il n’y a pas eu de passion dans la chambre à coucher pour moi, c’est un changement rafraîchissant. Mon pénis dur se presse contre sa hanche droite. Je me demande si elle sent mon pénis pressé contre elle.

Bientôt, mes mains se posent sur ses seins nus, les massent et les câlinent. Elle n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent, mais il y en avait bien assez pour moi. Je glisse un peu vers le bas du lit et je mets ma langue sur son mamelon le plus proche. Je fais tourner ma langue autour du mamelon dur et pointu plusieurs fois avant de l’engloutir avec mes lèvres. Elle émet plusieurs gémissements lorsque je mordille doucement ses tétons. Ses gémissements sont angéliques à mes oreilles. C’est un honneur pour moi de lui faire plaisir comme si c’était la première fois qu’elle était touchée par un homme.

Ma main gauche glisse le long de son ventre plat et tonique et se glisse sous sa culotte. Elle se tourne vers moi et soulève sa jambe droite, me donnant accès à son vagin suppliant. Je plonge un doigt à l’intérieur. Je suis stupéfaite de voir à quel point elle est mouillée. Son jus coule déjà le long de sa chatte. Je fais glisser mon doigt lisse le long de ses plis intérieurs et j’encercle son capuchon clitoridien. Son corps tressaille en réponse à mon contact et ses hanches se soulèvent de joie. Elle presse ses hanches contre ma main et grogne joyeusement. Il ne fait aucun doute qu’elle est très excitée.

Ses mains commencent à se mêler à mes cheveux tandis que ma bouche se dirige vers son autre mamelon. J’alterne entre la succion et le léchage du téton dur. Mélanie n’en peut plus et s’exclame : “Je veux que tu sois en moi, s’il te plaît.”

Je me demande si elle est vraiment prête ou si elle est simplement prise par la passion du moment. Il y a encore une chose que je veux qu’elle expérimente avant de me donner entièrement à elle. Je me glisse plus bas sur le lit jusqu’à ce que ma tête se trouve entre ses jambes. J’écarte ses jambes et j’enfouis mon visage entre elles. L’odeur de ses sucs féminins enivre mon nez. Ma langue se frotte à son jus délicieux et se fraye un chemin à l’intérieur de sa chatte. Je suce les grosses lèvres extérieures de sa chatte. Je n’ai jamais vu de lèvres externes aussi pleines, épaisses et juteuses que ses lèvres externes engorgées. Elles me font penser à des tomates mûres.

Le corps de Mélanie se tortille pendant que je lèche avec expertise l’intérieur et l’extérieur de sa chatte. Je veux prendre mon temps et apprécier cela, au cas où je n’en aurais plus jamais l’occasion. Je veux aussi qu’elle sache à quoi ressemble une bonne fellation, pour qu’elle sache quoi chercher à l’avenir, si ce n’est pas avec moi. J’enfonce mes hanches dans le lit tandis que les siennes montent et descendent au rythme de ma langue. Ses gémissements et sa respiration lourde continuent de croître à chaque instant. Convaincue qu’elle est prête à ressentir un orgasme explosif, je déplace ma langue jusqu’à son clitoris maintenant exposé, qui était auparavant caché dans les nombreux plis de son vagin.

Elle me jette pratiquement à bas du lit lorsque ma langue touche son clitoris. Elle s’exclame : “Oh mon Dieu ! Putain de merde ! !!”

Je saisis ses hanches par le dessous et la maintiens pendant que mes lèvres glissent sur son clito. J’en aspire la pointe dans ma bouche, ce qui fait bondir ses hanches en l’air. Son os pelvien s’écrase contre mon menton. Je tiens bon du mieux que je peux pendant quelques secondes avant qu’elle ne s’éloigne de ma bouche en se tortillant. Il ne fait aucun doute qu’elle a un clitoris très sensible. Je fais glisser ma langue le long de sa fente et lèche une fois de plus son jus. Son jus jaillit de son vagin sur ma langue. J’ai l’impression d’être au paradis.

“Je me sens bizarre”, souffle-t-elle.

“Ce n’est pas grave. C’est une bonne sensation.” Je lui dis.

“Je n’ai jamais éprouvé ce sentiment auparavant”, répond-elle.

“Jamais ? Même pas en jouant ?” Je lui demande.

Elle ignore ma question : “Je n’ai jamais dépassé le stade de l’attouchement avec quelqu’un d’autre. Tu es le premier que je laisse aller aussi loin.”

“Putain de merde !” Je me dis que cette fille a une vingtaine d’années et qu’elle est encore vierge. De plus, j’ai dépucelé mon ex-copine et je m’apprête à dépuceler son amie. Mélanie a eu quelques petits amis et un qui a duré quelques mois, alors je me suis dit qu’elle avait peut-être eu des rapports sexuels avec l’un d’entre eux.

“J’ai toujours été trop nerveuse pour faire l’amour, jusqu’à toi. Mais j’ai envie de toi. J’ai entendu dire que tu étais bon. S’il te plaît, fais-moi l’amour”, dit-elle d’une voix timide qui devient lascive.

J’enfonce mes doigts dans ses douces fesses et je commence à bouger la tête d’avant en arrière tandis que le bout de ma langue effleure la pointe de son clitoris. Ses hanches s’agitent et dansent, essayant de s’écarter momentanément puis se rapprochant de mon visage. Ses gémissements s’amplifient à chaque coup de langue. Elle halète pour respirer, encore et encore. C’est lorsque j’ai aspiré tout son clito dans ma bouche et que j’ai fait courir ma langue le long de son clitoris que son corps se bloque. Elle pousse un cri strident qui résonne dans mes oreilles.

Encore et encore, je sens son corps se convulser entre mes mains. Je sens son jus jaillir de ses entrailles et couler sur mon menton, enduisant mon visage. Je la serre contre moi et retire ma langue de son clito. Son corps s’effondre sur le lit.

“Oh mon Dieu ! C’était tellement bon et tellement bizarre !” Mélanie dit entre deux bouffées d’air. “Je… n’ai jamais su… que quoi que ce soit se sentait… aussi génial. Putain… de merde.”

Elle m’attrape par les épaules et me tire le long de son corps. J’utilise le dos de ma main pour essuyer son jus sur mon visage. Elle prend mon visage dans ses mains et commence à sucer mes lèvres avec la même passion qui a commencé toute cette nuit. Je lui rends ses baisers, en me demandant si elle se soucie de goûter son propre jus sur mes lèvres.

Mes hanches s’ajustent et je sens mon pénis dur se presser contre son monticule. Je sais qu’il suffira d’un petit mouvement pour que je me presse contre son entrée. Mélanie se fige pendant une seconde lorsqu’elle réalise où ma bite dure est positionnée, ses mains s’accrochent à mes épaules. Je sais qu’elle est nerveuse et qu’elle a l’intention d’y aller doucement.

“J’irai lentement et je serai douce”. Je lui murmure à l’oreille.

Elle ne dit rien, au lieu de cela, elle commence à m’embrasser pendant que j’ajuste mes hanches et que je sens le bout de ma bite gonflée s’entourer de chaleur. Le bout de ma bite est juste à l’entrée de sa chatte et je me fraye un chemin à l’intérieur de ses portes dorées. Lentement, je pousse le bout de mon pénis dur vers le lit. Je sens son humidité et sa chaleur extrême entourer le champignon de mon pénis. Je gémis doucement dans sa bouche.

Je fais une pause de quelques secondes, j’enfonce un autre pouce, je fais une nouvelle pause, puis j’enfonce un peu plus jusqu’à ce que je remplisse lentement ses parois intérieures. Elle est incroyablement serrée. J’ai l’impression que je pourrais jouir immédiatement si je bougeais davantage, alors je fais une pause et je laisse ses parois s’adapter à mon membre envahissant.

Je l’entends grogner d’inconfort puis commencer à sangloter. “Tu vas bien ? Dois-je arrêter ?” Je lui demande.

Il faut quelques secondes pour qu’elle réponde. Elle essuie ses larmes puis commence à parler. “Non, tu vas bien. Je ne sais pas pourquoi je pleure. Ça m’a juste fait un peu mal au début.”

J’essaie de la réconforter en lui disant : “C’est normal de pleurer. Ça devrait aller mieux bientôt. Dis-moi si tu veux que j’arrête”.

Je sens que ses jus commencent à se tarir. Je tire mes hanches en arrière et je glisse lentement la pointe à l’intérieur d’elle une fois de plus. Je n’enfonce que les deux ou trois premiers pouces en elle pendant quelques minutes avant qu’elle n’attrape mes hanches et ne les tire vers le bas contre son corps. Mon bâton s’enfonce profondément en elle, ce qui lui fait pousser un grognement qui semble être soit de la joie, soit de la douleur.

Lentement, je fais l’amour à son corps. C’est comme si le temps s’était temporairement arrêté et que nous étions dans un monde vide de toute autre chose que nous, nos deux corps se fondant l’un dans l’autre en une boule d’argile. Il y a quelque chose de différent dans le fait de faire l’amour avec elle. Quelque chose de si pur et d’innocent, mais aussi de passionné et d’épanouissant. L’aura qui nous entoure n’est rien d’autre que de l’amour total et de la passion. D’une certaine façon, j’ai l’impression de revivre ma première fois.

Ses hanches commencent lentement à bouger et à se presser contre les miennes. Bientôt, nos hanches se heurtent l’une à l’autre. Nos gémissements se mélangent jusqu’à ce que je ne sois plus sûr de savoir quels sons sont les siens et quels sons sont les miens.

“Oh mon Dieu.” Je m’exclame. “Tu te sens si bien. Ughhh.”

Elle me répond : “Toi aussi. Ohhhh. Continue. Ohhh !!!”

Nos corps s’entrechoquent comme des lapins en chaleur. Nous faisons splendidement l’amour jusqu’à ce que je jouisse au plus profond de ses murs qui l’enserrent. Elle grogne et enfonce ses ongles dans mes omoplates. Je continue à pousser jusqu’à ce qu’elle libère une explosion de son côté.

Cela fait longtemps que je n’ai pas vu un corps me ruer dessus comme son corps réagit. La joie pure et la nouveauté dans les expressions de son visage sont magiques. C’est magique de voir la luxure et la surprise de quelqu’un qui connaît un véritable orgasme sexuel pour la toute première fois. Après tout, cela n’arrive qu’une fois pour chacun d’entre nous.

Je la serre contre moi et l’embrasse doucement. Ses mains parcourent tout mon corps tandis qu’elle sourit béatement. Je ne veux pas que ce moment se termine. Je sens que je commence à m’exciter à nouveau à l’intérieur de ses murs. Je descends mes mains vers les hanches de Mélanie, elle écarte ses hanches et roule hors du lit.

“Préparons le petit déjeuner.” Elle dit en sortant lentement de la chambre avant de se retourner et de me faire un clin d’œil. Je me lève du lit et je la suis dans la salle de bains. Nous nous nettoyons, nous nous dirigeons vers la cuisine et nous faisons des pancakes ensemble. Après avoir fini de manger, nous nous retirons sur le canapé et nous nous asseyons dans le noir, où nous parlons pendant près d’une heure avant qu’elle ne s’endorme dans mes bras. Je ferme les yeux et repense à toutes les actions de la nuit, n’arrivant toujours pas à croire tout ce qui s’est passé. Je sens que mes yeux deviennent lourds.

Préférence de la coquine : gorge profonde
Endroit de préférence pour le sexe : dans un lit
Ce qui me plait le plus, c’est de faire connaissances avec pleins d’hommes pour étoffer mon petit carnet de contact. Vous voulez en faire partie ? Dites-le moi !